Presse

“A la source de la musique… Le musicien réveille tout ce qu’il y a de primordial dans l’art des sons; mettant en lumière les circonstances de leur éclosion, il révèle et transmet également leur pleine richesse émotionnelle et spirituelle, avec une évidence qu’aucun traité ne saurait avoir… ” Luc Bourrousse – Sud Ouest – Jeudi 22 mars 2007

“Je suis dépendant de l’émotion…Le conservatoire, c’est l’école du savoir. Quant à moi, j’appartiens à l’école de la transmission…” Boris Touleyrou – Le Républicain – 22 Mars 2007.

“Jacky Craissac, maître de la résonance…C’est naturellement quand les instruments se mettent à vibrer sous les doigts virtuoses (n’oublions pas le batteur de jazz que fut d’abord le musicien, aux côtés de Bill Coleman ou Christian Escoudé) de leur créateur qu’ils prennent leur vraie dimension, révélant tout un univers dont la plus grande richesse est peut-être la résonance intérieure qu’il fait naître…” Luc Bourrousse – Sud-Ouest – Mardi 28 février 2006

“Les vibrations de Jacky Craissac…A l’occasion de conférences illustrées se déroulant avec les enfants et les professeurs de l’école de musique de Gradignan (France, 33) . …Le mot pour lequel je me bats, c’est la différence”. “Je suis dans la transmission de l’héritage ancestral. Je n’apprends pas la musique……Jacky Craissac l’assure : il ignore avant d’entrer sur scène quelle musique sortira de ses maillets, des voiles de métal, des cloches tibétaines, des gongs et des tambours qui l’accompagnent…” Gilles Guitton – Sud Ouest – Vendredi 3 février 2006

“L’art du son…Cela fait maintenant quatre décennies que Jacky Craissac vit l’origine du son et du rythme. Le Français, anciennement batteur de jazz, créée ses propres instruments et corps sonores afin que ces miracles sonores emplis de spiritualité s’accomplissent…” Boris Halva – Darmstädter Echo – 5 juin 2003

“La liberté de la résonance” … Il est bien évident que le travail de Craissac a comme support l´élément rythmique, de plus il joue avec des fragments mélodiques, cependant il n´est pas rare que son jeu musical…lorsqu´il expérimente des successions de quintes et de quartes…reste pour ce qui est des composantes de tension, en retrait par rapport à l´aspect harmonique… Michael Rieth – Frankfurter Rundschau – Francfort culture – 3 juin 2003

“La mélodie de sons de Jacky Craissac” – L’artiste Xingjian Gao a choisi Jacky Craissac pour l’illustration sonore de sa pièce “Dialoguer/Interloquer” Sud Ouest – 19 octobre 1999

“L’Esprit du flamenco… Ce voyage dans l’imprévu et l’insoumis, on le souhaiterait sans fin …” Roch Bertrand – Point de Vue, Sud Ouest – 17 mars 1999 (auf Deutsch, in English )

Harmoniques... Etonnante et belle proposition qui appelle les partenaires…” Philippe Méziat – Point de Vue – Sud Ouest – 2 mars 1996

Extraits de presse:

” Le sculpteur de sons…A l’entendre tout est son, rythme et improvisation : ” Même lorsque j’étais batteur de jazz, j’ai toujours pensé que c’était le son qui comptait. Je n’ai jamais utilisé ni croquis pour mes instruments de percussions, ni transcription écrite pour ma musique, j’essaie de la vivre en état de gestation permanent. Les sons en appellent d’autres, c’est d’eux que naissent les formes et le choix des matières,” indique Jacky Craissac…” Valérie de Saint-Do – Sud Ouest – Bordeaux – 1 Mars 1996

“… La qualité et la beauté des matériaux – peau, bois, métaux – pourraient en faire des oeuvres d’art. Le but est autre : l’objet est asservi au seul son…” H. Pons – Sud Ouest – mars 1999

“… Si le syncrétisme ressortit à la fusion de plusieurs cultures, alors Craissac est le “syntéchrist” d’une musique à mi-chemin entre Olivier Messiaen et Klaus Schulze…” Grené – Sigma Percussions Critique – 1987

“… Il faut aller découvrir ce personnage non seulement pour ses qualités réelles de musicien, mais ensuite pour découvrir de nouveaux outils sonores nés à travers l’imagination de cet homme étrange, pénétrant sans nul doute, l’univers symphonique dans un demi-siècle ou un peu plus…” Ville de Bordeaux – Sud Ouest – 1987

“… Poussant le son jusqu’à son paroxysme, Jacky Craissac en est soudain revenu aux rives d’une exquise douceur. Il caresse et il sculpte, il murmure et il confie, comme s’il parlait aux oiseaux. Incontestablement Jacky Craissac est un des percussionnistes le plus créatifs de sa génération…” F. Mothe – Sud Ouest – janvier 1980

“… Cette “symphonie pour 50 timbres et instruments” rejoint alors étrangement dans ma tête pleine de tumulte, les concertos baroques de Haendel et de Bach. Même perfection musicale, même pulsion de vie, même folie…” C. Guignard – Revue Musique – 1983

“… Cette Suite pour percussions porte en elle tout l’orage, toute la tendresse et toute la passion de l’artiste. Jacky Craissac vient de donner un concert à Paris, le public accueille bien ce concert de timbres, ce torrent de vie, ce tonnerre de son…” Sigma – Sud Ouest – l980

“… Jacky Craissac est l’un des rares percussionnistes français à avoir atteint un niveau de recherche qui l’assimile aux grands créateurs modernes. Aujourd’hui son art, en état de création permanente, se nourrit d’invention exclusivement…” B. Lastéra – Sud Ouest – 1984

“… Jacky Craissac, un percussionniste qui, seul en scène, au milieu de 30 percussions, compose une fastueuse symphonie de timbres !…” C. Baignères Le Figaro 25 novembre 1974